Regard croisé médecins et pharmaciens

Deux média professionnels, Le Moniteur des Pharmacies pour les pharmaciens et Egora pour les médecins, ont procédé, avec le concours de MEDAPPCARE – DEKRA Certification et de Direct Médica, à une étude sur la perception des applications mobiles de santé auprès de leur cible respective.

Le baromètre sur les applications mobiles de santé est composé  d’une étude sur les pharmaciens et d’une étude sur les médecins. Le sondage a été réalisée en février 2017 sur un échantillon représentatif de 200 pharmaciens d’officine en France et de 225 médecins.

Baromètre 2017 du Pharmacien Connecté
et Baromètre du Médecin Connecté

Volet 2/2 – Applications mobiles de santé

Les résultats sont riches d’enseignements et vont même à l’encontre de certaines idées préconçues qui positionnent le pharmacien plus «connecté» que le médecin, ou l’inverse.

On retrouve ainsi les mêmes scores en terme d’équipement de smartphones, de tablettes et d’utilisation puisque plus de 7 pharmaciens ou médecins sur 10 utilisent leur smartphone à la fois pour un usage personnel et professionnel. Ils sont également plus d’un tiers à recommander des applications santé à leur patientèle et 57% d’entre eux (le pourcentage est strictement identique entre les deux cibles) pensent que les applications mobiles de santé apportent un bénéfice pour la santé de leurs patients. Par ailleurs, une majorité de pharmaciens (65%) et de médecins (55%) recommanderaient davantage les applications mobiles de santé si elles étaient évaluées par un organisme indépendant.

En ce qui concerne l’utilisation de la tablette tactile, ce regard croisé montre que les pharmaciens semblent davantage l’intégrer dans leur pratique professionnelle puisque 83% d’entre eux déclarent qu’ils seraient prêts à en utiliser lors des entretiens pharmaceutiques contre 58% des médecins lors de leurs consultations.

Tout comme le grand public, le niveau de confiance des professionnels de santé pour les applications mobiles reste encore faible. L’étude montre une forte inquiétude, surtout chez les médecins, notamment en ce qui concerne la sécurité des données personnelles. Cela étant, les professionnels ont bien compris l’enjeu représenté par la collecte et l’analyse de ces données de santé puisque 70% des pharmaciens et plus de 57% des médecins se déclarent prêts à exploiter ces données dans le cadre de leur exercice professionnel. On le voit, la santé connectée fait doucement mais surement son chemin dans les cabinets médicaux et dans les officines et ce, pour le plus grand bénéfice des patients.

NiveauDeConfiance

Télécharger l’étude complète 

Cliquez ici pour vous opposer aux cookies de mesure d'audience de Google